lundi 29 juillet 2013

La documentaliste et les données : Protéger, des exemples (3/3)

Dans un premier article, nous avons vu ce qu'était une donnée et les dangers que cela pouvaient entraînés de ne pas contrôler ses données. Dans un deuxième article, nous avons vu quand former les personnes à ce contrôle, mais aussi comment le faire nous même.

Dans ce troisième et dernier article, j'aimerais aborder deux exemples. Sachez tout de suite que je sais qu'ils sont très polémiques. Ce n'est pas exactement au hasard que je les ai pris, car l'un est sur l'un des sites les plus utilisés de nos jours -Facebook- et l'autre porte sur une loi française -Hadopi.
Je souhaitais vous montrer que le contrôle des données n'est pas uniquement l'apanage de grosses sociétés ou de stars, mais aussi que les sociétés avaient un intérêt à posséder vos données.

Bien que Hadopi est de plus en plus en phase d'être aboli, la structure est encore officiellement en fonctionnement. Chose plus grave, Hadopi est un organisme d'Etat. Il a pour but, à titre de rappel, d'empêcher les téléchargements illégaux. L'un de leurs chevaux de bataille était que les connections devaient être bien protégés.
Sauf que cela n'est pas évident, même quand on est un organisme d'Etat. En effet, l'an dernier à la même période, Hadopi a vécu une très grosse faille de sécurité. Ils ont mis en ligne l'ensemble des mots de passe et des identifiants de leurs utilisateurs internes. Le tout sans aucune protection.
Sachant que Hadopi possède des informations très sensibles sur de nombreux internautes français, cette information fait froid dans le dos.
Ce n'est donc pas parce que notre coeur de métier porte sur la sécurisation des connections que nous sommes capables de faire le nécessaire dans notre société.

L'autre exemple est bien plus commun. Avez-vous déjà eu la curiosité de vouloir télécharger vos informations enregistrées sur Facebook ?
Déjà, c'est un petit peu complexe à trouver, mais surtout quand vous le faites, un petit message apparait : "nous vous recommandons de le protéger et de prendre les précautions nécessaires si vous l’enregistrez sur un autre service." Sa variante est "Votre archive Facebook contient des informations de nature sensible"
Si Facebook vous recommande de protéger ce dossier, c'est qu'il y a des informations importantes. Pourtant, vous ne pouvez pas librement les supprimer de Facebook.
Et si on pousse la réflexion un peu plus loin, cela veut dire que Facebook estime qu'en vous rendant vos données, en vous rendant la propriété de vos informations, il les met en danger ! Ironique.
Et pour finir, vous trouverez dans ce joli fichier, l'ensemble de vos messages postées, les photos, ce que vous avez partagé, quand vous vous êtes connectés et d'où, ce que vous avez commenté, les applications que vous avez utilisé et quand, votre carte de crédit si vous avez payé quelque chose, votre nom et tous ceux que vous avez utilisé, les amis que vous avez retirés, etc. En fait contrairement à ce que vous pouvez penser, rien ne disparait réellement avec Facebook et ils conservent tous les détails.

Voilà, ce triptyque est fini.
Ce qui est important à retenir c'est que vous n'êtes pas obligé de protéger vos données, mais que vous ayez le choix de laisser ou non ces données accessibles.
Libérer ou non vos données doit rester votre choix, plutôt qu'une décision que d'autres -qui les revendent derrière sans vous demander votre avis !- vous imposent. 



Pour aller plus loin, je vous conseille de :
- Suivre @manhack sur Twitter, car il est actuellement l'une des personnes les plus impliquées dans la défense des informations personnelles.
- Aller lire l'article excellent bien que très inquiétant de @Numendil : Bonjour Brigitte, la forme ?
- Aller lire l'article qui fait froid dans le dos de @FlaviaAmabile et qui nous rappelle combien il est urgent d'éduquer à Internet : Je me suis faite passer pour une collégienne sur Facebook.
- Aller lire la retranscription de l'intervention de @laurentchemla à Pas Sage en Seine, qui nous explique parfaitement comment Facebook vend vos informations : Ils sont trop forts ces voleurs 2.0.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire raciste, homophobe, sexiste ou faisant le dénigrement d'un groupe d'individus sera supprimé. Il en sera de même pour tous les commentaires contraires à la loi française, pour lesquels je me réserve le droit de les signaler à qui de droit.

Enregistrer un commentaire